2002, La Vallée fè son n’euf

Du 11 mai au 1 juin 2002
On peut à la fois faire du neuf (ce que fait la Vallée chaque année) et bénéficier d’une assise de neuf années d’un travail partenarial efficace et toujours ressourcé. Pour cette édition, des chantiers neufs, des points d’appui tout neufs, une création toute neuve, des milliers d’enfants avec un regard neuf… Avec un coup de chapeau à l’école de la Coquille. Vraiment, dans cette neuvième vallée, tout sera drole et neuf ! Bernard Criner (Secrétaire général de la FOL 24)
Cette année-là, La Vallée reçoit : ...
La Vallée fête sa neuvième édition et fait donc son n’œuf. Plasticien résidant à Chanterac, Jean-Marc Rubio a toujours été attiré par les formes ovoides. Ses sculptures sont nées par générations successives. « Des œufs de poule, de cane, d’oie, que je ramasse dans le jardin. Je les évide, je les assemble ». C’est ainsi que surgissent de nouvelles formes, tout en rondeurs immaculées.
Au final, le samedi, Saint-Astier se réveille envahi par les œufs. Chaque enfant venu au festival apporte le sien. Jean-Marc Rubio, en effet, a travaillé durant quelques semaines avec les classes de la Vallée qui réalisent des sculptures d’œufs. Les œufs sont exposés partout en ville, font leur apparition dans les vitrines des commerces, prennent corps dans les ateliers organisés sur les places. Il y a même des œufs à secret, où chacun des petits écoliers aura glissé un message en forme de vœu. Et toujours, des habitants associés à la construction d’une cité... ovoide. Saint Astier lui-même est rentré dans sa coquille, pendant qu’un « tracto-combo », œuvre collective réalisée par l’association V.I.R.U.S. avec un groupe de jeunes musiciens amateurs sillone la ville.

Appuyer sur entrée pour lancer la recherche